“[Avec] cette première unité […], l’Égypte inscrit dans l’histoire en lettres d’or son entrée dans le club des pays où sont implantées des centrales nucléaires, et la réalisation tant attendue d’un rêve nucléaire vieux de soixante-dix ans.”

La construction de cette centrale a été confiée à l’entreprise publique russe Rosatom. Cela montre que “ce projet russo-égyptien n’a pas été affecté par la guerre que mène la Russie en Ukraine et les sanctions imposées à Moscou”, souligne Al-Monitor.

Un projet à plus de 20 milliards d’euros

Selon le site consacré à l’actualité moyen-orientale, la centrale nucléaire d’El-Dabaa comptera quatre réacteurs, dont la construction coûtera 21 milliards de dollars (20 milliards d’euros), pour une puissance de 4 800 mégawatts.

Il s’agira de réacteurs de génération 3+, ce qui fera de la centrale d’El-Dabaa la plus avancée d’Afrique, assure un responsable de Rosatom à Al-Masri Al-Youm.

L’Afrique du Sud est actuellement le seul pays du continent à posséder une centrale nucléaire, mais plusieurs États africains ont signé des contrats pour la construction de centrales, principalement avec la Russie.