L’Egypte bientôt premier exportateur d’oranges devant l’Espagne

Noter cet article

a récolte des oranges bat son plein en Egypte. Et la production devrait encore dépasser celle de l’an dernier. Au point que le pays du Nil devrait accéder au rang de premier exportateur mondial cette année.
Nouvelle des plus savoureuses, l’Egypte est sur le point de ravir à l’Espagne son rang de premier exportateur mondial d’oranges. Le pays du Nil, sixième producteur mondial, derrière le Brésil, l’Inde, la Chine, le Mexique, les Etats-Unis, et l’Espagne, étend d’année en année son verger. Une surface irriguée de 162 000 hectares, en augmentation de 5% cette année, qui devrait produire 10% d’oranges supplémentaires : 3,42 millions de tonnes, a estimé le Département américain à l’agriculture (USDA), les nouveaux arbres arrivés à maturité étant bien fournis en fruits.

14 centimes d’euros le kilo

Pourquoi cet essor de l’orange égyptienne ? La demande nationale y est pour beaucoup, la croissance démographique est énorme et ce fruit, l’Egypte le cultive à des prix imbattables, étant donné le faible coût de la main-d’oeuvre. Le kilo se vend à l’industrie locale l’équivalent de 14 centimes le kilo, a observé la rédaction de FruiTrop.

Les oranges égyptiennes sont de ce fait de plus en plus demandées à l’étranger. La faiblesse de la monnaie, la livre égyptienne, est dans ce cas un avantage supplémentaire. L’Egypte est également proche des grands marchés d’importation. L’Arabie saoudite était jusqu’à présent le premier acheteur d’oranges égyptiennes. Depuis l’an dernier c’est la Russie ! Les oranges égyptiennes ont remplacé sur les étals russes les agrumes européens, soumis à un embargo prolongé de Moscou.

Déjà 17% du marché européen

L’orange égyptienne fait aussi une percée en Europe. C’est plus étonnant étant donné le poids écrasant de l’orange européenne sur le marché mondial (deux tiers des exportations). Mais il s’agit là aussi de pouvoir d’achat, les importations d’oranges égyptiennes ont déjà conquis 17% du marché européen. Elles progressent aux Pays-Bas, plateforme on le sait pour toute l’Europe, et au Royaume-Uni.

Jusqu’en Chine pour remplacer l’orange américaine

En Asie, l’Inde, très gros producteur, est pourtant de plus en friande d’agrumes égyptiens, le Vietnam a multiplié par sept ses achats. La Chine, qui a des problèmes de maladie, le « greening », dans ses propres vergers, doit importer de plus en plus d’oranges. L’orange égyptienne remplacera opportunément cette année l’orange américaine, fortement taxée depuis septembre par Pékin.

Mouche des fruits problématique

Au total l’Egypte pourrait exporter cette année 1,65 million de tonnes d’oranges, plus que l’Espagne l’an dernier. Défaut tout de même de l’orange égyptienne : son conditionnement ne permet pas encore de barrer la route à la mouche des fruits, une menace pour les vergers des pays importateurs.

Sources RFI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.