Le politiquement correct est il contre productif ?

Noter cet article

Les écologistes usent et abusent de ce langage et finalement, en ne nommant pas les choses, donnent aux mots
qu’ils refusent de prononcer une forte connotation péjorative, ainsi à la mairie de Paris, lors d’un débat pour
la lutte contre les rats, un élu écologiste a demandé à ce qu’on n’appelle plus un rat un rat mais un surmulot, ce
qui donne maintenant à ce mot interdit une forte connotation péjorative.
Il est vrai qu’au départ ce langage avait été inventé pour ne pas offenser certaines catégories de population tels
que les étrangers, les pauvres, les handicapés, les homosexuels, les gros, les noirs etc…..
Ainsi on a accordé des équivalences à tous ses termes, un ou une homosexuel est devenu une personne issue de la
communauté LGBT un noir fait partie de la minorité visible alors qu’un aveugle est devenu un non-voyant et un
sourd un mal-entendant.
Je ne sais pas s’il faut se réjouir de ce nouveau langage mais les gens concernés par ces handicaps ne doivent pas
vraiment apprécié que l’on se refuse même à prononcer le nom de leur handicap le rendant ainsi indécent si ce n’est pire.
Il en est de même pour les personnes sans travail ou qui pratiquent un boulot jugé indigne, ainsi un clochard est
devenu un SDF, un balayeur un technicien de surface et une femme de ménage une aide à domicile.
Très curieusement aussi un plan de licenciement est devenu un plan de sauvegarde de l’emploi, enfin comme je
le disais au début de ce texte le politiquement correct concerne aussi les animaux, Aymeric Caron, l’antispéciste
de la France insoumise, vient de demander à ce que désormais un moustique soit appelé un sur-moucheron
(dixit le canard enchainé du 20/07).
Sans commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.