La pâtisserie numérique à Vivatech 2022 : impression 3D de vos éléments

Noter cet article

Parmi les innovations présentes sur Vivatech 2022, Futura est allé voir La Pâtisserie Numérique, une surprenante start-up normande. Elle a pour but de faciliter la vie des pâtissiers en leur permettant d’imprimer en 3D certains éléments de pâtisserie. 

Cela vous intéressera aussi

 [EN VIDÉO] Journée mondiale du chocolat : l’impression 3D joue la gourmandise  L’industrie, l’aéronautique, l’automobile et même la médecine : les domaines d’applications de l’impression 3D ne manquent pas et sont tous très sérieux. Mais à l’occasion de la Journée mondiale du chocolat — qui se fête tous les ans le 1er octobre —, découvrons en vidéo comment une imprimante 3D peut faire le jeu des plus gourmands. 

Marine Coré-Baillais est spécialisée en impression 3D et passionnée de pâtisserie. Elle décide en 2019 d’allier passion et expertise en fondant La Pâtisserie Numérique, dans le but d’« automatiser des tâches à faible valeur ajoutée pour les professionnels de la restauration, comme les artisans boulangers-pâtissiers, explique-t-elle. La majorité d’entre eux travaille près de 90 heures par semaine, pour finalement gagner peu d’argent en comparaison au travail qu’ils font. En automatisant de façon intelligente certaines tâches, c’est un vrai gain de temps pour eux.»

Certains pâtissiers finissent par faire un choix sur ce qui sera fait maison : ils achètent alors une grande partie de leurs produits, comme les viennoiseries qui arrivent surgelées. C’est là que La Pâtisserie Numérique intervient : elle permet aux artisans débordés d’automatiser la fabrication des éléments les plus simples mais essentiels, comme les fonds de tarte, ou des biscuits aux formes variées : « Le pâtissier peut se concentrer sur la créativité et les décors », ajoute M.Coré-Baillais.

L’une des pâtisseries que l’imprimante peut réaliser. © La Pâtisserie Numérique

Jusqu’à 300 fonds de tarte équivalents par jour

Le procédé est simple : le pâtissier choisit son modèle 3D grâce à une application, puis prépare sa pâte à gâteau et la place dans le conteneur de l’imprimante. À ce dernier est ajouté une poudre comestible et recyclable jusqu’à sept fois, composée de farine et de cacao. Elle permet à la pâte à gâteau de ne pas trop adhérer aux parois du conteneur. Ensuite, l’impression démarre : la pointe se plante dans le bac, forme le motif demandé, puis le tout est cuit.

Au total, ce sont jusqu’à 300 fonds de tarte équivalents qui peuvent être cuisinés par jour grâce à cette méthode. « Ici, le biscuit est fait avec des ingrédients naturels et bio : le biscuit possède une saveur chocolatée, puis un confit de fruit de la passion y est intégré, en plus d’une mousse au chocolat vegan », détaille M.Coré-Baillais. D’ici la fin de l’année, la start-up compte produire 25 machines qui seront louées, et dont une partie a déjà été réservée par des investisseurs.

La machine utilisée mesure un peu plus que la taille d'un four. © La Pâtisserie Numérique

La machine utilisée mesure un peu plus que la taille d’un four. © La Pâtisserie Numérique 

 

Léa Fournasson journaliste scientifique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *