En Egypte, la nécropole de Saqqara, au sud du Caire, dévoile ses nouveaux trésors archéologiques

Noter cet article

Deux cent cinquante sarcophages et cent cinquante statues de bronze, dont celle de l’architecte Imhotep, sont les derniers trésors mis au jour d’une série de découvertes marquantes dans la région.

Le Monde avec AFP

Publié le 30 mai 2022 à 21h00 – Mis à jour le 31 mai 2022 à 09h32

Temps deLecture 1 min

Painted coffins with well-preserved mummies inside, dating back to the Late Period of ancient Egypt around 500 B.C, are displayed during a press conference at a makeshift exhibit at the feet of the Step Pyramid of Djoser in Saqqara, 24 kilometers (15 miles) southwest of Cairo, Egypt, Monday, May 30, 2022. (AP Photo/Amr Nabil)

Les autorités égyptiennes chargées des antiquités ont exposé, lundi 30 mai, 250 sarcophages et 150 statues de bronze, un ensemble récemment mis au jour dans la nécropole de Saqqara au sud du Caire, dernier d’une série de découvertes marquantes dans la région.

Classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, le site de Saqqara, à un peu plus de 15 kilomètres au sud des fameuses pyramides du plateau de Gizeh, est connu pour la célèbre pyramide à degrés du pharaon Djéser. Ce monument, construit vers 2 700 avant Jésus-Christ par l’architecte Imhotep, est considéré comme l’un des plus anciens à la surface du globe.

Parmi les 150 statues découvertes dans la cache figurent une de l’architecte, également vizir et médecin. Inventeur de la construction en pierre de taille, Imhotep – qui a été déifié – a « révolutionné l’architecture » dans le monde antique, a déclaré, lundi à la presse, Mostafa Waziri, directeur du conseil suprême des antiquités. « Trouver la tombe d’Imhotep » est un des principaux objectifs de la mission archéologique qui a déjà entrepris quatre saisons de fouilles sur le site, a ajouté M. Waziri.

Des statuettes représentant les déesses égyptiennes (de g. à d.) Isis (Iset) et Nephtys (Nebet-Het) découvertes dans la nécropole de Saqqara, lundi 30 mai 2022.

Outre la statue d’Imhotep, d’autres en bronze représentant les divinités du panthéon égyptien « Osiris, Isis, Hathor, Amon-Min, Néfertoum et Anubis » ont été mises au jour, a indiqué le ministère du tourisme et des antiquités dans un communiqué.

Envie d’en savoir plus sur l’égyptologie ?

Test gratuit

Un papyrus intact et scellé

L’Egypte a dévoilé une cache de 150 statues en bronze représentant divers dieux et déesses, dont Bastet, Anubis, Osiris, Amonmeen, Isis, Néfertoum et Hathor, ainsi que 250 sarcophages sur le site archéologique de Saqqara.

Et « 250 sarcophages en bois renfermant des momies » datant du Ve siècle avant Jésus-Christ ont également été découverts, a ajouté M. Waziri. Dans l’un d’eux, un papyrus « intact » et « scellé » trouvé par les archéologues a été immédiatement transféré au laboratoire du musée égyptien de la place Tahrir, au Caire, pour y être restauré et analysé. Estimé long de neuf mètres, il renferme certainement des chapitres du Livre des morts, selon le directeur.

M. Waziri a signalé que les sarcophages seraient déplacés vers le nouveau « Grand Musée égyptien », près du plateau de Gizeh, que les autorités égyptiennes espèrent inaugurer cette année après de multiples retards.

En janvier 2021, l’Egypte avait déjà dévoilé de nouveaux « trésors » archéologiques à Saqqara, dont une cinquantaine de sarcophages du Nouvel Empire vieux de plus de 3 000 ans, les autorités assurant qu’ils permettaient de « réécrire l’histoire » de cette période.

Lire aussi  « Un trésor » : plus de cent sarcophages découverts intacts dans la nécropole de Saqqara en Egypte

Le Caire compte sur ces nouvelles découvertes pour relancer le tourisme, frappé de plein fouet par le Covid-19. Ce secteur qui emploie deux millions de personnes et génère plus de 10 % du produit intérieur brut est en berne depuis le « printemps arabe » en 2011.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.