C’est la toute première image du télescope spatial James Webb

Noter cet article
Voilà le premier cliché officiel pris par le télescope spatial James Webb, qui évolue à 1,5 million de kilomètres de la Terre.

Elle était très attendue. La voilà. C’est donc la toute première image officielle prise par le télescope spatial James Webb, qui se trouve à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Elle a été présentée le 11 juillet 2022 à l’occasion d’un évènement spécial organisé par l’agence spatiale américaine (Nasa) et le président des États-Unis, Joe Biden.

Les nouvelles photos de James Webb sont à découvrir ici.

Pour celles et ceux qui veulent voir l’image en haute ou très haute définition, l’Agence spatiale européenne fournit sur une page dédiée plusieurs versions du cliché. Il y a aussi un service en ligne qui permet de zoomer dans l’image. C’est la caméra proche infrarouge de Webb (NIRCam) qui a pris ce cliché composite, regroupant des images basées sur différentes longueurs d’onde.

L’image infrarouge la plus profonde et la plus nette de l’univers lointain

Selon la Nasa, cette première image du télescope spatial James Webb « est l’image infrarouge la plus profonde et la plus nette de l’univers lointain à ce jour ». Elle cible l’amas de galaxies SMACS 0723. « Cette tranche du vaste univers couvre un morceau de ciel dont la taille est approximativement celle d’un grain de sable tenu à bout de bras par une personne au sol », ajoute l’agence.

L’Agence spatiale européenne souligne que « la masse combinée de cet amas de galaxies agit comme une lentille gravitationnelle, magnifiant des galaxies beaucoup plus lointaines derrière elle », ce qui donne cet effet de courbure autour du centre de l’image. L’amas est apparu il y a 4,6 milliards d’années et cette image permet de révéler des structures jamais vues auparavant.

Il s’agit d’une première mise en bouche. Plusieurs autres clichés vont être dévoilés à la presse, au public et aux astronomes le 12 juillet, à 16h30 (heure de Paris). James Webb a pointé ses instruments scientifiques vers cinq cibles dans l’espace : la nébuleuse de la Carène, WASP-96b, la nébuleuse de l’anneau austral, le Quintette de Stephan et SMACS 0723.

Extrêmement performant dans le domaine de l’infrarouge, avec une finesse sans commune mesure en comparaison de l’observatoire spatial Spitzer, James Webb est évidemment attendu comme jamais par les scientifiques. Du côté des Français aussi, on a hâte de profiter de ses observations : d’ailleurs, le télescope doit pointer ses outils vers la nébuleuse d’Orion en septembre.

Source : Numerama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.